First job, New Life !

First job, new life T 1

Tamako vient de terminer ses études et a été engagée malgré elle dans un petit bureau de design spécialisé dans les affiches pour pachinko.

Comment peut-on être engagé malgré soi ? Quand un papa désespéré envoie un CV, sans prévenir l’intéressée, et que le patron extravagant de la boîte débarque à l’entretien et décide qu’elle sera engagée parce « qu’elle a un regard déterminé ».

Ainsi commence la vie professionnelle de Tamako dans cette boîte aux conditions de travail désastreuses, peuplée de gens étranges mais affectueux. Et puis, il y a sa vie amoureuse qui balance entre deux jeunes hommes gravitant autour d’elle.

Lire un extrait

Fiche série

Autrice : NEMU Yôko
Nombre de tomes : VF : 3 | VO : 4  
Editeurs : 
  • VF : Kana 
  • VO : Shôdensha
Prépublication : Feel Young

Genre

  • Romance
  • Tranche de vie

Evaluation

Graphisme :

Scénario :

Edition France

Avis

Une très belle lecture avec ce josei en 4 tomes qui est le deuxième titre de la collection « Life » (comme Just Not Married) de l’éditeur Kana.

Tamako est une graphiste jeune diplômée qui manque de confiance en elle suite à un premier entretien d’embauche catastrophique. Son père a décidé d’envoyer le CV de sa fille à l’agence P-design, spécialisée dans la communication graphique pour le pachinko, pour laquelle elle passe un entretien en groupe. Celui-ci prend une tournure inattendue car apparemment ce n’est pas elle qui conviendrait le mieux pour le poste. Mais l’arrivée impromptue du patron change la donne, sans connaître son CV, il trouve que son regard est déterminé. Cela lui suffit, elle obtient le poste à la stupéfaction de tous ! Tamako commence son premier emploi mais vu la difficulté elle est à un cheveu de démissionner, pourtant il y a une chose qui va la pousser à se motiver pour rester… Nous découvrons son quotidien, métro, boulot, dodo. Une nouvelle vie commence pour elle avec des collègues atypiques et attachants, il faut juste du temps pour s’y habituer. Chacun d’eux a son caractère. Peu à peu, nous voyons Tamako évoluer, elle est attirée par le directeur artistique Dômoto, qui se montre toujours attentionné à son égard, c’est la première fois que la jeune femme ressent cela. Quel est ce sentiment ?

A partir de la deuxième moitié du tome, elle doit également suivre un stage dans une salle de pachinko afin qu’elle puisse voir sur le terrain de quoi il s’agit. Cela ne peut être que bénéfique pour sa créativité. Sur place, elle pourra compter sur le soutien de son collègue Miyashita même s’il est le premier à lui faire des remarques déplacées sur son apparence et sa féminité…

Les personnages sont attachants. Tamako est adorable, elle n’est pas très féminine, ne s’intéresse pas au maquillage ni à la mode. Elle n’a aucune expérience mais elle fait de son mieux et surtout elle ne prête pas attention aux remarques indélicates qu’on lui fait régulièrement.

L’histoire est intéressante à suivre, elle est réaliste avec le monde du travail au Japon (horaires infernaux, nuits passées au bureau pour boucler le travail ruinant ainsi la vie privée de chacun). Nous retrouvons des thématiques comme le premier emploi, le harcèlement, les stages, l’interaction avec les collègues qui n’est pas toujours évidente car ce n’est pas facile de s’intégrer dans une équipe…

Le style graphique épuré de Memu Yoko est original, il correspond bien à l’ambiance tranche-de-vie de l’histoire. Le découpage des planches est efficace.

L’humour est bien dosé, on s’amuse bien pendant la lecture avec les réactions des personnages. C’est une lecture très plaisante à suivre.

N’hésitez pas à découvrez cette série courte !

Lire mes avis sur chaque tome

Rédigé par Sylvie. Fiche réalisée grâce au service presse des Editions Kana. Mis en ligne le 14 août 2020.

Bande-annonce