You my baby

You my baby


Yû est désormais lycéenne, mais depuis son entrée au collège, elle n'a jamais pu s'empêcher de trouver stupide la manière dont, du jour au lendemain, sous prétexte qu'ils devenaient "des grands", ses camarades avaient radicalement changé de comportement. D'un côté les filles, d'un côté les garçons... Elle, tout ce qu'elle souhaitait, c'était rester elle-même, jouer au loup, s'amuser, sans se préoccuper des apparences. Aussi, elle mène sa barque, avec son caractère. Jusqu'à ce qu'elle rencontre Sora. Ce type un peu bêta et maladroit se démarque par sa très grande taille. D'abord agacée par ce dernier, elle va pourtant finir par se rapprocher de lui...

Lire un extrait

Fiche série

Mangaka : TOMOSUE Aoi
Nombre de tomes : VF : 1 | VO : 1 
Editeurs :

  • VF : Akata
  • VO : Shûeisha

Prépublication :  Margaret

Genre

  • Romance
  • Tranche de vie

Evaluation

Graphisme :

Scénario :

Edition France

Avis

You my baby
Une jolie surprise avec le one-shot You my baby que j’ai lu en version numérique sur Izneo

La thématique sur l’adolescence est bien amenée et vous vous reconnaitrez peut-être sur certains points. Le sujet est traité avec beaucoup de délicatesse. En tout cas, je suis immédiatement entrée dans l’histoire et cela fait vraiment du bien !

Yû fait son entrée au lycée, elle ne comprend pas pourquoi les filles et les garçons changent de comportements par rapport à ce qu’ils étaient auparavant. Désormais les filles ne pensent qu’à plaire aux garçons et ceux-ci ne pensent qu’à les séduire. Yû ne trouve pas sa place puisqu’elle ne se sent pas du tout comme les autres. Elle a toujours été un « garçon manqué » et maintenant sous prétexte qu’elle est au lycée, il faudrait qu’elle change de comportement ? Pourquoi faudrait-il qu’elle devienne plus féminine alors qu’elle n’en a ni l’envie ni le besoin ? Elle veut simplement être elle-même sans devoir suivre les codes imposés par cette société. De même, pourquoi les garçons devraient-ils être forts et virils ? Tous ces comportements énervent la lycéenne, elle ne comprend plus ses camarades qui ne pensent qu’à l’apparence. Le jour de la rentrée, elle croise le chemin de Sora, un garçon très grand, sympathique avec tout le monde sans la moindre arrière-pensée. Il se montre très gentil avec elle, mais cela agace Yû qui ne cesse de le rembarrer. Pourtant, peu à peu elle est de plus en plus intriguée par Sora. Malgré son côté maladroit, il se montre vraiment adorable, il réfléchit même à la manière de s’exprimer pour ne pas froisser sa camarade de classe. Il est attendrissant et gentil. Comment Yû va-t-elle réagir ? Parviendra-t-elle à ouvrir un peu plus son cœur ?

Les personnages sont attachants et ne cessent de se questionner sur eux-mêmes. Yû s’interroge en tant que femme mais en même temps elle ne voit pas pourquoi elle devrait changer parce qu’il faut agir comme « des grands ». Pourquoi faudrait-il renoncer à notre « âme d’enfant » pour la seule raison que l’on entre désormais dans le monde des adultes ? Elle veut rester elle-même, faire ses propres choix, si elle veut jouer au loup pourquoi ne le ferait-elle plus ? Elle ne s’intéresse pas aux apparences, ne cherche pas à plaire aux autres, elle est elle-même et c’est le plus important. Pourtant, Yû va doucement être attirée par Sora, elle se rapproche de lui, elle se sent en sécurité à ses côtés. Nous la voyons bien évoluer au fil des pages. Sora comprend parfaitement ce que Yû ressent, il fait un effort pour trouver les gestes et paroles pour exprimer ce qu’il ressent pour elle. Il se montre très patient. A ses côtés, Yû va comprendre qu’elle peut rester elle-même et être « mignonne » sans qu’elle soit obligée d’être plus féminine. Il est clairement différent des autres garçons. C’est une jolie romance comme nous aimerions en lire plus souvent !

Les graphismes sont doux et les visages sont expressifs notamment dans les regards. Le découpage des planches est efficace. Nous retrouvons bien l’ambiance des années lycées avec les discussions sur l’amour évidemment et les petites scènes de séductions que chacun éprouve à cet âge. Cela rend un peu nostalgique du coup. 

Par contre la jaquette ne m'inspirait pas du tout, c'est le résumé qui m'a donné envie de lire ce one-shot sinon je serais passée à côté... N'hésitez pas à lire l'extrait en ligne pour vous faire une idée de graphismes et de l'histoire. 

C’est un bon one-shot feel good à découvrir !

Rédigé par Sylvie | Mis en ligne le 8 mars 2020.